Portraits de l’histoire au XIXe siècle : présentation générale

Des chercheurs dix-neuviémistes littéraires, historiens et historiens de l’art venant de trois universités d’Occitanie (université Montpellier III Paul-Valéry, UPVD Perpignan, université Toulouse Jean-Jaurès) organisent entre 2018 et 2020 un séminaire de recherche sur le portrait historique et ses enjeux esthétiques, historiographiques et idéologiques, à raison de trois séances par an.

A rebours d’une conception conflictuelle qui opposerait terme à terme histoire et littérature, la rigueur méthodologique et la « scientificité » de la première se démarquant des libres caprices de l’imagination réservés à la seconde, ce séminaire se voudrait une invitation à étudier les phénomènes d’interaction, de complémentarité, mais également de concurrence existant entre ces deux disciplines, en s’intéressant à la question du portrait historique. De fait, l’historien reproche fréquemment à la littérature de ramener la discipline historique « au rang de science auxiliaire de l’invention romanesque » pour des écrivains « libres de tout scrupule et de toute entrave ». La littérature démoraliserait-elle alors l’histoire ?
Or, le XIXe siècle se révèle à cet égard particulièrement fécond ; le portrait d’histoire y compose des figures que la nation reconnaît, investit et autour desquelles elle se configure, qu’il s’agisse de personnages publics (le grand homme, écrivain, artiste, politique, scientifique) ou anonymes. Le XIXe siècle, né de la Révolution comme le dit Hugo, hanté par elle, secoué par ses répliques, est particulièrement traversé et travaillé par ces figures publiques : d’une part celles des grands contemporains (Danton, Robespierre, Napoléon, Chateaubriand, Hugo), tutélaires ou écrasantes ; d’autre part, des figures empruntées au passé (Homère, Jeanne d’Arc, Coligny, Shakespeare, Dante), organisées, perçues, interprétées à la lumière des temps nouveaux. En rompant avec la tradition du portrait « exemplum » qui prévalait sous l’Ancien Régime, en élevant cette forme littéraire au rang de « biographie dramatisée » (Baudelaire) libre d’emprunter au romanesque certains de ses codes, le XIXe siècle pourrait bien également consacrer l’accès inédit des anonymes (le Jacques de Michelet, les émeutiers de Flaubert, les passants de Baudelaire, le dormeur du val de Rimbaud…) à la dignité du portrait historique.
Il s’agira donc, pour porter la question de la démoralisation de l’histoire, de considérer le portrait historique dans ses tensions formelles et ses ambiguïtés référentielles, en l’analysant entre histoire et littérature, entre mimésis et fiction, entre témoignage, archive, incarnation signifiante de l’histoire et construction esthétique, exploration anthropologique, entreprise idéologique.
Ce séminaire se voudrait enfin l’occasion d’une collaboration fructueuse entre nos différentes disciplines, en faisant dialoguer au fil des séances spécialistes de littérature, d’histoire, et d’histoire de l’art. Ce carnet, qui se veut le prolongement des réflexions menées dans le cadre de nos rencontres, s’adresse donc à l’ensemble de la communauté universitaire concernée par ces disciplines, avec une attention toute particulière pour le public des jeunes chercheurs et des étudiants de master.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.