Mots d’ouverture, séance du 9 novembre 2018

Mots d’ouverture par Nathalie Solomon (Université Perpignan Via Domitia)

Les premiers travaux du séminaire sont consacrés à la manière dont le portrait, au XIXe siècle, interroge les liens (la tension) entre littérature et histoire et leur « moralisation ». Il s’agira de s’intéresser aux portraits des grands hommes (personnages publics, hommes politiques, écrivains, artistes, réels ou fictifs) mais aussi à celui des anonymes en tant qu’ils deviennent sujets de l’histoire: de voir comment histoire et littérature entrent en conflit ou se réconcilient autour du portrait (d’où le titre du séminaire : portrait de l’histoire, tentative de mettre l’histoire dans des portraits, ou de faire le portrait de l’histoire, etc.).

Cela veut dire que nous pourrons réfléchir non seulement sur le portrait des grands hommes, mais aussi sur celui du banal contemporain, voire sur celui du lecteur qui, par les attentes qui sont les siennes, est parfois représenté en amateur de clichés historiques, avide de lire la vérification de ses préjugés. Ce qui nous amènera à réfléchir sur la poétique du portrait, à la suite de Fabienne Bercegol, en nous posant la question de sa cohésion après nous être posé celle de son intention idéologique. Le rapport à la peinture et à la photographie auront aussi leur place dans nos travaux dans le cadre de la réflexion sur la poétique du portrait : comment la peinture impose une esthétique de la représentation du portrait historique dans l’écriture des romantiques et, au-delà, comment la généralisation de la photographie vient modifier les traitements et les pratiques littéraires.

Il faudrait aussi travailler sur les points de ressemblance et de différence entre les portraits d’écrivains et d’historiens ou de témoins (Mirabeau, Michelet, Blanc, Thiers, Lamartine, Fustel, Las Cases, Lavisse, Henri Martin, Edgar Quinet, etc.) et ceux des romanciers en posant la question  du régime fictionnel et du régime référentiel. Quel rôle revendiqué de l’observation et quel rôle de l’imagination ? En quoi les portraits sont-ils travaillés par la question morale ? par la question politique ? par l’esprit de parti ? Dans quelle mesure l’historiographie peut-elle éclairer le portrait intégré dans une œuvre de fiction. Quelle fonction des corps ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.